ABOUT ME

kakha

BIOGRAPHIE DE L’ARTISTE

Karha Nizharadze est né le 3 décembre 1970 à Batumi, ville balnéaire située au bord de la mer Noire, à l’époque où la Géorgie faisait partie de l’URSS. La Géorgie, pays de la Toison d’or et de Médée, et le Caucase, ont des traditions fortes depuis le Moyen Age, enrichies par les échanges de la route de la soie et les siècles de cohabitation multiculturelle. Un pays où l’accueil du visiteur est élevé au rang d’art. Accueil de la table, surtout, où l’on porte des toasts à la santé des invités déclamés en poèmes. Karha porte en lui cette chaleur et cette ouverture d’esprit, tout autant qu’un sens aigu de l’amitié, une éthique de vie presque. Il grandit dans une famille bilingue car ses parents sont géorgiens et sa grand-mère maternelle originaire de Sibérie et guérisseuse.

Karha apprendra d’ailleurs les premières bases du français par sa mère, enseignante de russe et lectrice assidue de classiques français. Le père, physicien de formation, passionné de photo et d’histoire, lui transmettra l’amour pour la culture.

Comprenant que leur fils possède un don particulier pour le dessin dès son enfance, ils l’inscrivent dès ses 9 ans à l’Ecole de Dessin pour enfants, une instruction dispensée qui est propre à l’ex-URSS, où les cours se font en parallèle au parcours scolaire obligatoire. Karha entrera ensuite à la Haute Ecole des Beaux-Arts, à l’âge de 17 ans, où il obtiendra le Diplôme de Pédagogie Artistique qui lui permettra d’enseigner le dessin et la peinture, avec une attention particulière pour la maîtrise de la couleur, la préparation du fond du tableau et les mélanges.

Après avoir été sélectionné au concours d’entrée qui n’accepte que deux étudiants par volée, Karha poursuit ses études d’art à l’Académie des Beaux-Arts de Tbilisi, capitale du pays et centre urbain tentaculaire, ville phare de l’art géorgien, qui se distingue par sa palette chromatique bien spécifique dans la peinture à l’huile. L’Académie de Tbilisi était réputée,  avec celle de Moscou, pour ses apprentissages approfondis dans toutes les branches artistiques: peinture, sculpture, architecture, restauration de fresques byzantines d’église et de tableaux anciens, graphisme, art monumental… Les artistes issus de cette faculté sont des professionnels à part entière, avec une formation solide et des connaissances étendues. Karha y obtiendra, après cinq, ans son Diplôme de Beaux-Arts, avec un travail de “these” en peinture monumentale et fresques murales.

Dans un désir de découvrir de nouvelles formes d’expression artistique au delà de son pays qui était en pleine guerre civile au moment de son départ, avide de liberté, de modernité, Karha quittera Batumi en 1999 pour vivre d’abord à Paris, puis à Metz, où il participera à plusieurs expositions personnelles et collectives (en Lorraine et Luxembourg), tout en suivant des cours à la Faculté d’Arts plastiques de Metz pour s’imprégner de la culture européenne et avoir un réseau d’amis artistes.

Il sera vite reperé dans des salons d’art européens et entrera ainsi dans plusieurs galeries françaises et suisses qui présententeront sa peinture et lui organiseront des expositions: Galerie du Vieux Belfort, Adel Galerie à Ménherbes, Plexus Galerie à Montreux, Au-delà des Apparences à Annecy et plus récemment, Erasmus’s Utopia Contrast Art Gallery, à Bruges. En décembre 2013, le Musée des Beaux-Arts de Batumi organisera une exposition nationale entièrement consacrée à ses oeuvres contemporaines. Le musée demande en donation plusieurs tableaux qui côtoyent à ce jour ceux des peintres qui ont marqué depuis deux siècles l’histoire de l’art géorgienne. La chaîne de television Rustavi, invitée au vernissage, filmera l’exposition et interviewera l’artiste. De 2010 à 2015, installé à Bruxelles après quatre années passées à Genève, l’artiste participera à des projets urbains monumentaux, comme le concours “Brucellicious”: une de ses oeuvres sera acquise par la Commune de Koekelberg.

Suite à la rencontre avec sa femme en 2006 et son déménagement à Genève la même année, Karha y a ouvert son atelier actuel où il donne également des cours de peinture.